Nouveau défi de cette année, participer aux dix classiques Etixx flandriennes !
Surtout que nous précédons ou suivons les coureurs des équipes professionnelles sur les mêmes parcours.

Une bonne dose de pavés, souvent inclinés à plusieurs dizaines de degrés, nous attend.

Tout va dépendre des conditions climatiques …

Justement, la première Flandrienne s’annonce hivernale !
Ce qui est justifié en ce dimanche 25 février, après la course des pros le jour de mon anniversaire.

Un peu plus de 120 km nous attendent, avec une température moyenne de -1° !!

Départ prévu de Gand entre 8 et 9 h
Pratique le  » Scan and Ride  » à partir de son QR Code, avec uniquement la plaque de cadre à fixer.
Juste le temps de se réchauffer avec un café offert et de se faire photographier.

Début de parcours assez monotone le long de l’Escaut, que nous quittons à Eke.
Des groupes s’organisent et on se réchauffe en moulinant avec déjà du vent sensible d’est.
Température ressentie de -10° mais le soleil tente de nous réconforter !
Aucun dénivelé pour l’instant, en attendant Audenarde …
En effet, après le premier ravitaillement très frais, la première côte de l’Achterberg fait mal aux jambes.

C’est aussi à partir de cet instant qu’un des deux porte-bidons de Félix commence à se desserrer.
Bien sûr, ni l’un ni l’autre n’avons pensé au multi-outils …
Heureusement qu’un peu plus loin, une charmante Belge nous dépanne, après avoir fouillé dans les outils de son mari.

Il valait mieux car le premier kilomètre pavé du Mariaborrestraat va secouer les machines !

Les pentes de l’Eikenberg et du Wolvenberg nous séparent du secteur suivant du Ruitersstraat.
On reprend des forces au niveau de Zwalm pour nous permettre de continuer dans de bonnes conditions.

La pente du Molenberg et le secteur pavés de Haaghoek suivent ce second ravito.
A  nouveau deux côtes, dont surtout le Leberg, avant de rejoindre le dernier ravitaillement à Brakel.
Il faut préciser que tous les trois sont parfaitement organisés, avec tout ce qui est nécessaire tout terminer.
Ils ont même pensé à préparer du thé énergétique pour nous réchauffer.
Les ascensions suivantes du Valkenberg et du Tenbosse ou du Denderoordberg sont bitumées, mais continuent à augmenter notre dénivelé global.

 

Arrive enfin le Muur van Geraardsbergen ou mur de Grammont : c’est le bouquet final.

Du pavé avec une pente moyenne de 10 % dont un passage à 20 % !
Il n’y a plus qu’à se laisser descendre jusqu’à Ninove, où les équipes professionnelles sont arrivées la veille.
C’est le moment de récupérer notre beau tee-shirt, récapitulant les précédents vainqueurs pro.

Dernière épreuve avec quelques coups de pédales pour regagner la gare de cette petite ville Belge.
En effet il faut reprendre la voiture à Gand.
Il va falloir patienter une heure car nous sommes allés trop vite sur le parcours !
Les autres cyclistes amateurs ne tardent pas à nous rejoindre.
Après un changement de train, nous revoilà dans la ville de départ matinale.

La voiture nous attend pour charger les vélos et repartir vers Lille avant la prochaine classique, la Danilith Nokere Koerse, la semaine prochaine.

 

About Philippe

Depuis qu’il retrouve ses élèves à vélo, il ne peut désormais plus s’en passer au point de faire le Tour de la France sur sa bicyclette.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les Two Moulins partagent leur aventures également sur Strava n'hésitez pas à les suivre !