10

Lille – Hardelot

Edition 2017

C’est au dernier moment que nous avons décidé de participer à cette édition.

En effet, elle coïncide avec la fin des cours de Félix en Irlande.

Je viens juste d’aller le chercher à l’aéroport de Beauvais, en provenance de Dublin.
Il faut surtout récupérer son vélo pour prendre le départ de ce Lille-Hardelot.
Même en nous inscrivant au dernier moment, il reste toujours de la place pour cette cyclosportive.

Lille

Rendez-vous au Grand-Palais de Lille en ce dimanche 21 mai 2017.

Difficile de rejoindre la ligne de départ, car il faut se faufiler parmi les 6500 participants.

Heureusement tous les cyclotouristes ne partent pas en même temps !

Mieux vaut quand même ne pas tarder pour ne pas être gênés.
C’est donc vers 7 h que nous retrouvons Philippe, Kevin et Simon pour former un petit peloton de cinq.

Les conditions s’annoncent idéales en comparaison de l’édition 2016.
Quel plaisir de parcourir les grands boulevards de Lille, même s’il faut surveiller sa trajectoire au sein de ces centaines de cyclistes !

Une certaine fraîcheur nous accompagne jusqu’à Merville.

Merville

Premier ravitaillement au niveau de l’île flamande.

Merville, ancienne cité drapière flamande, se dénommait Meerghem, ou hameau de la mer, au XVe siècle.
Elle est entourée de 25 km de cours d’eau, dont la Lys.

Mais n’ayant parcouru que 40 km depuis la capitale flamande, nous nous attarderons plus longuement à la prochaine pause.

À la sortie de Merville, la traversée de la forêt de Nieppe est l’occasion de satisfaire des besoins naturels.

Puis nous contournons Hazebrouck pour arriver à Saint-Omer.

Saint-Omer

Déjà la moitié de la distance accomplie, mais sans dénivelé !
Avant les premiers faux plats montants, il est préférable de se ravitailler.

Il faut vraiment en avoir besoin, car il y a du bouchon de cyclistes qui ont eu la même idée.

Tout le monde se retrouve à proximité de l’Abbaye de Saint-Bertin.

Ce vaisseau fantôme de pierre est un site quasi wagnérien, idéal pour faire une pause.

Nous y retrouvons Émilien, de Lille on Wheels, qui hélas cassera son dérailleur en sortant de Saint-Omer.

Les bidons sont remplis. Jambières et brassières retirées, car la chaleur s’annonce en direction de Licques.

Les Flandres

Licques

Les choses sérieuses commencent au carrefour du Boulonnais, du Calaisis et de l’Audomarois.

Cependant le charmant bourg de Licques offre des paysages bucoliques de bocage, de pâturages, de champs, de bosquets et de collines boisées.
Nous allons pouvoir reprendre des forces grâce à sa volaille, grillée à point par de nombreux bénévoles qu’il faut remercier.

Licques est en effet connue pour sa célèbre Fête de la dinde.

Délicieux, mais à consommer avec modération, car les futures collines sont de plus en plus prononcées !

Collines de l’Artois

Par rapport à l’année dernière, les côtes sont moins raides, mais plus nombreuses et plus longues.

Exception quand même avec une nouveauté, et le Ventus d’Alembon.

C’est un Ventoux en miniature qui permet aux participants de se mesurer à l’occasion d’un défi de pente.

Un petit vent de sud nous aide à franchir ces collines de l’Artois, mais réchauffe sensiblement l’atmosphère.
Heureusement, l’air de la Manche se fait sentir en s’approchant de Capelle-Lès-Boulogne.

Capelle-Lès-Boulogne

C’est un joli petit village du verdoyant bocage boulonnais, niché au cœur du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale, à sept kilomètres à peine à l’est du premier port de pêche de France.

Dernier ravitaillement avant le sprint final jusqu’à la Côte et Hardelot.

Hardelot

Fin de cette randonnée cyclotourisme permettant à chacun d’aller à son rythme.

Nous retrouvons la foule du départ après avoir franchi la ligne d’arrivée, afin de valider notre temps même s’il ne s’agit pas d’une course.

Notre petit peloton des cinq doigts de la main se disperse pour regagner Lille.

La possibilité de retourner à vélo est tentante, car nous sommes quand début d’après-midi, après avoir bien roulé.

Ce ne sera pas la peine, car j’ai conduit le C8 la veille, mais en revenant le long d’un parcours plus direct et surtout moins vallonné.

About Philippe

Depuis qu’il retrouve ses élèves à vélo, il ne peut désormais plus s’en passer au point de faire le Tour de la France sur sa bicyclette.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les Two Moulins partagent leur aventures également sur Strava n'hésitez pas à les suivre !