2

Lille-Hardelot 2019

Nouveau parcours

Nous nous retrouvons début juin à Lille, en raison des élections européennes.
Cela tombe bien car le week-end est estival.
Je m’en suis rendu compte la veille en revenant à vélo d’Hardelot, après y avoir laissé la voiture pour le retour du lendemain.
Rendez-vous au Grand Palais en ce dimanche 2 juin de très bonne heure.

D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls à vouloir éviter la grosse chaleur annoncée !

Xavier, du club Rapha parisien, va rouler avec nous.

En raison de nombreuses brocantes, le parcours a été modifié.
Mais ses grandes lignes sont inchangées, avec une première moitié plutôt rectiligne et plate, suivie des collines de l’Artois pour finir en beauté.
Comme d’habitude, la sortie de Lille jusqu’à Aire-sur-la-Lys est très roulante, surtout avec un vent favorable.

Par conséquent, notre peloton à trois décide de se passer du premier ravitaillement, justement organisé dans cette commune du Pas-de-Calais.

Hélas, avant d’aborder les collines, on constate que la roue arrière du vélo de Xavier est étrangement voilée !
Mieux vaut s’arrêter et constater qu’un de ses rayons est cassé et qu’il va falloir le retirer complètement.

Le relief ne va pas tarder à se faire sentir, ainsi que la chaleur, même si nous ne sommes qu’en milieu de matinée.
Pas étonnant que les cyclistes soient très nombreux à ce moment de la journée, certains étant partis aux aurores !
Nous nous dirigeons vers Lumbres, en passant au sud de Saint-Omer, traversée lors d’autres éditions.

Le deuxième ravitaillement devient nécessaire, surtout pour se réhydrater !

Il est organisé par Leclerc sur son parking, où rien ne manque en qualité et en quantité, à part peut-être du salé.
Le paysage devient vallonné sur des routes plus étroites avec de courtes montées suivies de descentes techniques.
Pas évident pour Xavier avec sa roue arrière le freinant irrémédiablement !

Il valait mieux se ravitailler car se dresse la montée de la Calique à une altitude de 200 m !
Je ne peux m’empêcher de partir en éclaireur avec mon tempérament de grimpeur.
Pour récupérer à son sommet, on peut profiter du panorama sur le Boulonnais qu’il nous reste à franchir.
Toujours cet itinéraire varié et moins monotone que les années précédentes.

Dernier ravitaillement à Samer, connue pour ses fraises, qui hélas ne sont pas prévues au menu.

Mont de la Calique

Un Lille-Hardelot ne peut pas se terminer sans l’ascension du Haut Pichot à 177 m.

Ce kilomètre à 11 % est fatidique pour certains en cette fin de parcours !
Ils doivent se résigner à mettre pied à terre comme en montagne.

Enfin, il n’y a plus qu’à se laisser rouler jusqu’à la côte.
L’abord de Neufchâtel-Hardelot se fait par sa forêt, au milieu de somptueuses villas.

C’est l’occasion de sprinter grâce au peu de forces restantes, avec le passage de la ligne par Félix en première position ! 

A l’arrivée, un petit pain nous attend, accompagné d’une bouteille d’eau ou d’une bière bien fraîche.
Il y a même une glace offerte cette année !

Félix et Xavier prennent leur douche, en attendant de passer à table.
Sa famille a eu la bonne idée de réserver une table à la « Côte Rotie » où je me suis garé la veille.
Difficile de résister à leurs entrecôtes après une telle dépense de calories !

Comme d’habitude, Félix ne tarde pas à s’endormir sur la route du retour …
Pourtant la vue sur la Côte d’Opale entre Boulogne et Calais est magnifique avec ce beau temps.
Pas de bouchons en vue après ce « pont » de l’Ascension car nous sommes en avance par rapport aux années précédentes.

C’est d’ailleurs notre Lille-Hardelot le plus rapide !

About Philippe

Depuis qu’il retrouve ses élèves à vélo, il ne peut désormais plus s’en passer au point de faire le Tour de la France sur sa bicyclette.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les Two Moulins partagent leur aventures également sur Strava n'hésitez pas à les suivre !