9

La Seine

Ses méandres jusqu'à Paris ...

Après le tour du Vexin, je suis toujours sur l’Avenue Verte London-Paris.
Ayant repris des forces et le temps restant clément en cette fin de week-end avant les orages du lundi après-midi, l’occasion de poursuivre l’aventure est tentante …
Je suis curieux de connaître le tracé qui permet de pénétrer au sein de Paris en évitant la circulation.
Il s’agit toujours de relier les deux capitales, même si le brexit a fait son apparition !

Laissant également la voiture à Neuville-sur-Oise, j’atteins rapidement Conflans-Sainte-Honorine, fière cité batelière qui marque le confluent de l’Oise et de la Seine.
Puis, la traversée de la royale forêt de Saint-Germain-en-Laye me rapproche de Maisons-Laffitte avec ses lieux incontournables que sont l’hippodrome et son château.

Je retrouve la Seine à Sartrouville que j’ai connue dans ma jeunesse.
En effet, ma grand-tante Geneviève y tenait un commerce de vêtements sportifs et j’avais été gâté avec une tenue complète de footballeur de la brillante équipe des Verts de Saint-Etienne à leur glorieuse époque !
Hélas, n’étant plus parmi nous, je n’ai point pu y faire étape; mais je suis certain qu’elle aurait été ravie en m’accueillant chaleureusement …

La promenade Bleue permet de remonter le fleuve jusqu’à Argenteuil, en passant par Chatou dont je vous parlerai plus longuement au retour car il y a sa célèbre Ile des Impressionnistes.
Pour l’instant, il ne faut pas traîner en chemin pour pouvoir admirer le coucher de soleil sur Paris.
Puis les berges de la Seine étant moins praticables, un tronçon plus urbain m’attend jusqu’à Saint-Denis.

C’est à ce niveau qu’il n’y a plus qu’à longer le canal Saint-Denis jusqu’à La Villette.
Je dois être prudent car un slalom ininterrompu de barbecues est tracé par la population locale très colorée.
Il vaut même mieux m’être pied à terre sur la place de la gare pour ne pas finir en brochettes !
Enfin, l’ambiance est festive en ce dimanche soir et on me propose ainsi de la sangria ou du rhum pour remplir mon bidon …
Le soleil colore encore le Grand Stade des français victorieux en 1998 notamment et je sens que le but est proche ( pas celui des brésiliens ! ).

Me voici donc au Parc de La Villette, noir de monde avec beaucoup d’enfants profitant des nombreux jeux de plein air.
C’est par conséquent un nouveau slalom qui s’impose avant de retrouver un peu plus de sérénitude le long d’un autre canal.
Grâce à celui de Saint-Martin, c’est une véritable voie verte qui m’introduit dans la capitale où il faut bien retrouver davantage de circulation !
Tout en déambulant avec attention au milieu des monuments parisiens, l’Ile de la Cité est atteinte, ainsi que l’extrémité de London-Paris.
Il est temps car c’est le crépuscule.

Avec ces récentes émotions, j’ai le ventre vide mais je ne tarde pas à trouver le plus proche Macdo, pour mon ravitaillement en protéines.
Ensuite, la soirée se complique pour l’hébergement car je n’avais pas prévu l’invasion de Paris par les rats !
Impossible de s’allonger dans le moindre espace vert, sans se faire croquer un orteil à travers le sac de couchage …
Même aux abords du Champ de Mars où les touristes sont encore nombreux pour admirer la Tour Eiffel qui est éclatante.
Il est presque minuit mais je ne veux quand même pas quitter la capitale sans un petit détour par l’Arc-de- Triomphe et les Champs-Elysées, récemment parcourus par les coureurs du tour de France lors de la dernière étape du 28 juillet.

Ce qui me laisse le temps de trouver une solution de repli en envisageant une nuit à La Villette !
Je me laisse guider par mon sens de l’orientation et mes quelques souvenirs parisiens pour retrouver le Canal Saint-Martin …
Ouf ! Je n’ai plus qu’à le suivre pour m’éloigner de l’effervescence parisienne et rejoindre le Parc de La Villette complètement déserté !
En plus, un promontoire métallique est parfait pour m’isoler des rongeurs omniprésents aux alentours.
Je vais quand même passer une bonne mais courte nuit à la belle étoile, certes moins végétale qu’en pleine forêt de Senlis !

Réveil matinal avec vue imprenable sur la Géode resplendissante au soleil !
Sans le vouloir, j’avais déniché le dortoir idéal …
Le retour par le canal Saint-Denis est étrangement calme en ce lundi matin …
A remarquer que les lieux ont été laissés très propres !
Tout le monde ou presque a repris la direction du boulot.
Quant à moi, je remonte cette fois-ci vers London …

La veille, j’avais laissé l’Ile des Impressionnistes comme dessert à mon escapade parisienne.
Surtout que c’est le centenaire Renoir !
On y accède à partir du pont sur la Seine qui relie Rueil-Malmaison à Chatou.
Les quelques bâtiments reflètent parfaitement l’ambiance d’époque de ces peintres …
Mais il faut repartir avant les averses orageuses prévues dans l’après-midi !
D’autant plus que je risque de manquer de batteries pour le gps qui me sert aussi d’appareil photo.
Il ne me reste plus qu’à continuer entre îles et parcs remarquables qui définissent l’univers enchanteur des Impressionnistes …

Pensant me passer de la navigation, je commets une légère erreur de parcours au sein du charme de la forêt de Saint-Germain-en-Laye alors que le ciel devient menaçant.
Rien de grave puisque je suis de retour à la voiture pour midi !
Juste le temps de charger avant les premières gouttes qui vont m’accompagner jusqu’à la maison.
Je laisse les autres nombreux itinéraires de France Vélo Tourisme pour l’année prochaine car ce mois d’août se dégrade considérablement …

About Philippe

Depuis qu’il retrouve ses élèves à vélo, il ne peut désormais plus s’en passer au point de faire le Tour de la France sur sa bicyclette.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les Two Moulins partagent leur aventures également sur Strava n'hésitez pas à les suivre !